Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BILLET D'HUMEUR

BILLET D'HUMEUR


OUTLANDER LA COLLETTE

Publié par Annie France Franzini sur 13 Juillet 2021, 14:20pm

SAISON 1EPISODE 5 - LA COLLETTE
 

Cet épisode est un tournant pour Claire et ses compagnons, car ce sera un voyage initiatique qui les réunira à la fin du voyage. Dans cette expédition, ils prendront le temps de se connaître, de se comprendre, de s’apprécier, de s’écouter et de se respecter, ce sera un long chemin semé d'embûches, de rapport de force, de règlement de compte, d’incompréhension. Toutes ces difficultés, tous ces obstacles, ils les relèveront ensemble. Lors de la fin du voyage, tout ne sera pas réglé, mais naîtra un groupe soudé en ayant du respect l’un envers l’autre.

Claire, admirant le paysage magnifique de l’Écosse, récite un poème et elle est rejointe par le comptable Ned Goorn. Ned se rallie à Claire pour réciter les vers en chœur, en regardant tous les deux le paysage. Font connaissance en s’appréciant immédiatement. Claire ne comprenant pas le gaélique, demande pourquoi Willy est taquiné de la sorte et pour quelle raison est-il pris à partie. Gêné, explique que le jeune homme est bizuté, car c’est son premier voyage et ces compagnons, pour plaisanter l’incite à coucher avec sa sœur, Claire en reste dubitative. Tout en cheminant vers le cheval en répondant aux questions de Claire, Ned indique pour quelle raison il fait ce grand voyage, étant comptable, il est là, pour recueillir la collecte des fermiers, en tenant aussi les registres des Mackenzie. Ned exprime avec fierté d’avoir la confiance de Dougal, exposant à Claire le détail des conditions de la collecte. Cette année, il a donné des instructions pour refuser les cochons, mais l’on verra plus tard qu'il n’osera pas défier Dougal et acceptera quand même les bêtes en question. Et Claire se fera un plaisir de le lui rappeler en temps voulu.

Tout en cheminant, arrivant à sa monture, il énumère les différentes sacoches, les répartitions et les quantités d’objets se trouvant sur sa monture. Claire, s’apercevant qu’il fait des allergies, le soigne sous l’œil attentif de Dougal pensant que son plan marche, car l’on perçoit un sourire en coin qui en dit long sur les intentions de Dougal. Il est indéniable que Ned a été envoyé par Dougal, sans que Claire s’en doute. Pour la surveiller, pour lui rapporter ces moindres faits et gestes, recueillir ses paroles et savoir quelles sont ses intentions, ses sentiments envers le groupe, donc se servir de Ned en étant un espion à la solde de Dougal.

 

Dougal est un fin stratège, placer son pion, l’envoyé en éclaireur, c’est son plan. Car il a l’intention d’en savoir davantage sur Claire pour la maîtriser, la muselé et au moindre faux pas, la remettre en place, mais c’est mal connaître Claire. Cela n’empêche pas Ned d’avoir de la sympathie et de s’entendre à merveille avec Claire. Ils sont sur la même longueur d’onde se trouvant des affinités. Ayant fait des études, ils ont des discussions plaisantes. C’est clair que Ned a une tout autre éducation, une autre culture, tout à fait à l’opposé et bien différent de certains compagnons de route et surtout de ses gardes du corps. Pour elle, ce n'est que du plaisir.

Les voilà partis sur les routes. Claire toujours au côté de Ned et de ses gardes du corps ferme la marche tout en surveillant Claire. Et l’on voit Jamie au milieu du cortège, se retournant  vers Claire d’un regard bienveillant, dans son rôle de protecteur. Pendant la chevauchée, Claire interroge Ned sur sa motivation de vouloir vivre sur les routes. Tout en expliquant sa vie, révèle qu’il rêvait d’aventure et  persuade le père de Colum de le prendre à ses côtés. Donc fidèle et loyal, à la famille Mackenzie.

Chez Claire, son envie de partir est toujours présente. Cette idée ne l'a jamais quitté depuis le départ du château, même si la compagnie de Ned est plaisante. Tout tenter, pour retrouver sa vie de 1945. Obnubilé par son désir de traverser les pierres, réfléchis à toute possibilité de fuite, 24 heures sur 24, c’est sa réalité et son but final. Par ce fait, elle s’isole mentalement, elle a une attitude de rejet envers ses compagnons, c’est inconscient mais réel, c’est évident qu’elle ne s’en aperçoit pas. Son attitude, ses gestes, et son comportement font que ses compagnons ressentent cette animosité. Et leur comportement se calquera sur son attitude, lui renvoyant par leur comportement le message de son rejet, cela s’appelle l’effet miroir, ‘’donc que la réalité extérieure est le reflet de notre état intérieur.’’’

Ne participant pas, ne se mélangeant pas aux autres, elle donne une image, sans le vouloir, de rester en dehors du cercle, étant ailleurs et cette façon de faire, la coupe du monde extérieur. Ne cherchant pas à les comprendre, ne voulant pas comprendre leur motivation, obsédée par son plan d’évasion. Lors du repas en forêt, c’est exactement ce processus. Elle les toise, on sent son animosité, ses questionnements, sa problématique de trouver une solution, comment partir ? Au début, ses compagnons ne parlent pas le gaélique au fur et à mesure, voyant l’attitude de Claire qui est ailleurs, finiront la conversation en gaëlique.

Angus en est la preuve lui apportant le repas faisant un geste vers elle pour lui faire comprendre ‘’reste avec nous’’, ce sera tout le long des messages non-verbaux, lui donnant  l’occasion de se mêler au groupe. Faisant un pas symbolique envers Claire, mais tout ce qu’il obtient c’est qu’elle refuse cette main tendue par son attitude, ne disant pas merci, même pas un signe de reconnaissance, à partir de là Angus se permet de parler le gaëlique. C’est à cet instant qu’ils continueront à parler de cette manière la plupart du temps, elle a raison de se sentir rejetée, mais elle n’y est pas étrangère, mais sans le désirer.

Sous l’œil attentif de Jamie, n'arrêtant pas de lui lancer des regards à la dérobade mélange de protection affection, c’est le seul à comprendre ses états d’âmes, le seul à rester connecter à Claire, le seul qu’elle pourrait entendre, le seul qu’il puisse la raisonner. Entendant parler Angus, Jamie est mal à l’aise, peiné, et embarrassé pour claire, confus, il se déplace pour être auprès d’elle, pour la réconforter en lui tendant de la nourriture, et là, il y a un petit sourire qui marque le visage de Claire, c’est le seul qui puisse attirer son attention. Claire est persuadée que Angus la déteste, mais Jamie lui explique que Angus déteste tout le monde et surtout qu’ils n’ont pas confiance et lui demande de ne pas en tenir rigueur. Claire veut savoir si  lui, il l’a déteste, s’il croit qu’elle est une espionne, mais au fond d’elle-même, elle désire seulement que Jamie la rassure. Ne voulant pas répondre à sa première question comme par hasard, mais parfois les silences sont très éloquents, mais surtout ne pas avouer qu’il est sous son charme.

Répondant sincèrement que non, a sa deuxième question, lui indique qu’ il sait qu’elle cache quelque chose, car voulant s’enfuir lors du rassemblement, elle veut encore s’enfuir, il le ressent et le lit dans ses yeux et c’est le seul qui puisse le faire, ayant des sentiments envers elle, étant intuitifs et à l’écoute, il a le don de cerner sa personnalité. De la décrypter, elle ne peut rien lui cacher, pour lui Claire est un livre ouvert. Mais voilà Claire voulait entendre un autre discours en voulant aussi être rassuré, prétextant d’être fatigué, part sous sa tente. Mais surtout vexé d’être aussi transparente aux yeux de Jamie, et aussi vexé par sa franchise, comme à chaque fois qu’il lui fait toucher du doigt la réalité. Rappelons-nous dans les écuries leur dispute.

À chaque étape Ned, encaisse les dus des fermiers, c’est un rituel bien réglé, Jamie avec ses compagnons range les produits sur une charrette sans quitter des yeux Claire, Dougal fait acte de présence auprès des fermiers en imposant son autorité et sa sympathie, déterminer à se présenter seul chef de guerre du clan Mackenzie, en ayant pour but d’évincer Colum sur le terrain, il a de grandes ambitions en tête, c’est clair. Claire assiste, et contemple sans conviction au ramassage des récoltes, ne participant pas, car personne à soigner et ne se sentant pas à sa place, elle ressent qu’on l’utilise comme potiche, décide de déambuler à travers le petit village. Elle entend chanter des femmes, curieuse s’avance et rencontre une villageoise, elle  lui expliquant la signification du chant, la prenant sous son aile, lui propose de prendre part au cardage. Même si l’accueil n’est pas des plus chaleureux,  Claire accepte de se joindre au cardage. Dérangé par l’odeur du liquide répandu, la villageoise lui fait connaître les étapes pour fixer la teinture, c'est dur d’être une femme à cette époque, elles ont ‘’le plaisir ‘’’ de faire toutes les basses besognes, sont mise à l’écart du monde des hommes, se cachant même pour boire de l’alcool ‘’belle époque’’.

Buvant ensemble leur verre d’alcool et tout en sympathisant avec le groupe, Claire questionne pour savoir,  si elle est loin des pierres et comment y parvenir, toujours ce désir de fuite. Le réveil d’un enfant l’interroge, étant choqué d’apprendre que l’enfant n’aura pas de lait, car la chèvre a été donnée en forme de loyer. Lui demandant de participer à récupérer son urine, pour continuer le cardage, elle est surprise en mauvaise posture par Angus, furieux de l’avoir perdu de vue, lui faisant savoir que Dougal est énervé, et la prévenant qu’ils lèvent le camp. De ce fait, il était urgent de se rassembler pour prendre la route.

 Comme Claire émet des réticences, Angus se comporte en un être abject.  C’est un véritable sauvage, la bouscule, la maltraite lui intime de le suivre, se comportant comme un goujat et un mufle envers Claire, comme l’on dit, il perd ses nerfs. Claire détache la chèvre pour la rapporter à son propriétaire, pour que le bébé mange à sa faim, son garde du corps se met en travers de sa route et lui résiste, se disputant avec Claire devant tous des villageois. La plupart de ses compagnons de route prennent parti contre Claire, le comptable s’en mêle,  finissant par Dougal furieux, sauf Jamie surveillant la moindre situation pour être prêt à…..

Claire résiste tenant tête à tous et par sa contestation, le pouvoir de Dougal est mis à mal, devant toute l’assemblé réunie, Claire n’en sortira pas gagnante de ce rapport de force, car Dougal mettra tout en œuvre pour retrouver son autorité, son pouvoir, son statut de chef de clan et surtout l’essentiel  n’accepte  pas d’être remis en question par une femme. Il fera tout pour maintenir son statut de dominateur,  un chouya sexiste. La solution trouvée, il l’humilie Claire, la rabaisse, la vexe, et l’insulte devant tous, la traitant de SASSENACH et d’alcoolique. En ce moment, il retrouve sa posture de chef de clan.

Mais lorsqu’ un jeune homme, qui s’avérera être une tunique rouge, demande à Claire si elle est bien traitée, tous se liguent contre ce jeune homme, le menace ouvertement et Dougal lui indique qu’elle est l'invitée du clan Mackenzie. Jamie se positionne en attendant les événements. Il couve du regard Claire, qui lui répond de la même intensité peur de ce qu’il pourrait advenir. Jaugeant le danger, le jeune homme se retire et ne leur tient pas tête. Et Dougal ordonne de lever le camp, Claire furieuse, retourne pour être prête à partir, mais elle sait qu’elle a perdu le rapport de force avec Dougal.

Claire étant présente comme spectatrice à la taverne. Elle est étonnée de la mise en scène de Dougal, Créant les conditions, pour entamer un discours en gaëlique, ne comprenant pas, elle se fait une idée bien préconçue de la teneur du discours que porte Dougal, en mettant en scène les blessures de Jamie en déchirant sa chemise. Jamie surpris et irrité ne dit mot, mais Murthagh voulant réagir pour le défendre, est arrêté dans son élan par Jamie. Les gens horrifiés, et touchés font des dons. Le public partit, Dougal est satisfait des dons récoltés, de sa mise en scène impliquant le dos de Jamie qui est furieux.

Pour humilier Claire, Dougal lui demande sur un ton méprisant de recoudre la chemise, mais ce n’est pas connaître Claire, avec la même violence, elle refuse et jette la chemise au sol. Dougal toujours aussi hautain répond que ce n’est pas son travail, en s’adressant à Jamie sur un ton méprisant, il lui suggère de la porter tel-quel. Voyant Claire céder, Jamie furieux de cette situation arrache sa chemise des mains de Claire, ne supportant pas l’affront que Dougal leur inflige, part enragé et exaspéré. Claire lance à Dougal un regard indigné en ressentant du mépris pour cet homme.

Le lendemain Ned prévenant, portant du boudin à Claire, profitant de l’occasion, et de l’endroit près de la rivière ou personne ne peut entendre leur conversation,  elle lui demande avec sa franchise habituelle que penserait Colum s’il savait que dougal le dépouillait pour se remplir les poches en se servant de Jamie. Ned lui laisse croire cette version avec l’assentiment de son chef, car ils ne veulent en aucun cas  faire savoir la vraie raison de ces réunions politiques nocturnes.

Dans l’esprit de Claire il n’y avait pas que Jamie qui avait compris qu’elle voulait s’enfuir elle soupçonne aussi Dougal de deviner ses intentions. Avec les événements précédents, Claire comprend que Dougal n’a plus confiance en elle et elle commence à douter que son évasion puisse réussir et son sentiment d’impuissance grandit.

Les scènes se répétant jour après jour et soir après soir dans les tavernes. Claire se sent impuissante d’assister chaque soir à l’humiliation de Jamie. Par contre les dons des fermiers affluent en écoutant Dougal. Dans ce voyage Claire se sent prise au piège comme au château elle se pose la question de savoir si elle doit rester ou partir, ou bien lâcher prise. Assistant à un pillage par la garde contre certains paysans, elle  accuse Dougal de pactiser avec les Anglais, Claire s’étonne de ne plus apercevoir Jamie.  MURTAGH lui faisant remarquer qu’il ne fallait pas oublier que sa tête était mise à prix, même écossais, la garde pour de l’argent vendrait Jamie aux Anglais sans hésitation.

Claire remarque et imagine que Dougal pactise aussi avec le diable en les volants, cela la conforte dans son rejet de Dougal,,  depuis qu’elle a imaginé qu’il volait Colum. Se persuadant que la nourriture est volée, Claire refuse la cuisse de poulet présentée par Angus, Jamie la regarde étonnée par sa réflexion et agacée par son comportement. Angus ne supportant pas de se faire insulter et traité de voleur est à deux doigts de la transpercer avec son couteau, ne voulant pas se faire insulter par une Anglaise et qu’il pense être une catin de surcroît. Comme à son habitude, Jamie prend la défense de Claire. S’adressant à Angus, il le raisonne, trouve les arguments justes, pour qu’il baisse la garde et éviter que Claire soit blessée, Jamie étant respecté,  écouter,  l’incident prend fin, sa force de persuasion a été salvatrice.

Toujours le même système, le même fonctionnement lorsqu’elle est contrariée et énervée. Ce n’est pas la nourriture volée qui la dérange à proprement dit, ni le manège de Dougal, mais le fait que ses plans d’évasions partent en fumée, en ayant aucun espoir et ne trouvant aucune solution. Le même comportement, le même fonctionnement, quand elle était dans les écuries avec Jamie. Murthagh essaie de détendre l’atmosphère en plaisantant et cela réussit.

Claire Partant s’isoler, Jamie la rejoint. Mais là, Jamie se comporte différemment que les autres fois, il est ni prévenant ni aimable, il lui parle avec fermeté en étant direct. Il est surpris de la façon exécrable qu’elle a parlée à Angus, sa seule réponse : qu’il aille se faire voir ailleurs. S’adressant à Claire pour lui faire entendre raison, Jamie rétorque que même si Angus a son caractère,  ce n’ai pas une raison de lui avoir dit des mots durs et blessants. Voulant se justifier Claire n’a pas le temps de finir sa phrase ‘’D’où je viens…D’un ton ferme Jamie répond, peu importe d’où vous venez Madame, vous êtes ici’’. En l’appelant Madame, il la traite en étrangère, met de la distance entre elle et lui, faisant comprendre qu’elle a dépassé les limites et qu’elle ne peut pas tout se permettre. Voulant se défendre, car piqué au vif par la réponse et le comportement distant de Jamie, elle lui rétorque ‘’’’Je n’ai pas le droit d’exprimer ce que je pense’’’.

Avec énergie, d’une autorité certaine et avec force Jamie lui fait comprendre qu’elle devrait faire une analyse plus appondis de la situation et qu’elle juge avec des aprioris il a raison de lui dire ‘’’’ Vous ne pouvez juger ce que vous ne comprenez pas, Claire Restez en dehors de tout ça''' C’est leur premier accrochage, il sait par son autorité lui impose une frontière à ne pas dépasser, en sachant la stopper, la regardant dans les yeux, il part et la laisse à ces réflexions en espérant qu’elle comprenne et réfléchisse à son comportement et à ses paroles déplacées. C’est la première fois que l’on découvre un Jamie, dur, imposant, et intransigeant envers Claire.

Pendant les semaines suivantes. En s’enfonçant dans les terres, ils s’aperçoivent qu’il y a de moins en moins de fermiers qui puissent s’acquitter des loyers et une partie des produits des fermiers. Il y a plus de pauvrettes, plus de misère, cela est dû aux tuniques rouges et à la garde qui pillent les fermiers. Dougal est confronté à nouveau aux difficultés des fermiers. Le dernier se présentant les mains vides sans rien pouvoir donner. Il explique que les tuniques rouges sont passées par là.

Dougal, comprenant ses difficultés, décide de donner un sac de victuaille à ce dernier et les compagnons sous l’autorité de Dougal, distribuent les produits qui ont été acquis, tous les fermiers présents auront leur part. Claire, regardant le manège, apostrophe Dougal en l’accusant d’être clément le matin, pour prendre plus le soir, encore une fois elle défie son autorité. Sur le point de régler le différend une nouvelle fois avec claire, Ned en intervenant fait comprendre à Dougal qu’elle l’accuse de vol.

Se calmant dougal lui demande de quoi l’accuse-t-elle et sa réponse est sans appel, il se permet de voler Colum. Mais ne voulant pas faire découvrir à Claire qu’il collecte l’argent pour des raisons politiques, il lui répète que ce sont les affaires du clan et que cela ne le regarde pas. Préférant la laisser dans le doute. Mais dans le doute Claire pense mal et agit mal, il serait préférable qu’elle sache la vérité, car elle serait plus clémente. Jamie en distribuant la marchandise surveille toujours Claire. Premier changement du comportement de Jamie, le soir lors de la réunion Jamie ne se laissant pas faire, enlève lui-même sa chemise pour ne pas se sentir humilié, pour s’imposer auprès de Dougal et pour faire comprendre à Claire l’importance de ce qui se joue dans ces soirées.

Après la discussion entre elle et Jamie. Claire  a été interpellée par la rudesse des propos de Jamie envers elle, elle entame une réflexion sur les dites soirées, commence à se poser certaines questions sur l’enjeu de ces réunions. Et commence à décrypter certaines phrases de Dougal, elle comprend enfin qu’ils veulent de l’argent pour que les Écossais aient la possibilité de les protéger des Anglais et enfin, elle comprend qu’ils font tout pour mettre sur le trône le roi Stuart. Découvrant enfin que ce ne sont pas des bandits, mais prépare le soulèvement des jacobites en levant des fonds pour former une armée, et enfin qu’ils ne sont pas des criminels, mais font de la politique et se servent des cicatrices de Jamie pour attiser la haine contre les Anglais et non pour voler le peuple.

Et ce soir-là elle voit ses compagnons autrement. Le regard péjoratif qu’elle portait sur eux devient obsolète. À partir de cet instant, sa vision envers eux est toute autre et elle se réconcilier avec elle-même et avec ses compagnons. Il suffisait qu’elle prenne le temps de réfléchir à la signification de ces soirées et de leur combat. Les paroles de Jamie avaient un sens, il avait essayé de lui faire comprendre à demi-mot, mais comme elle était braquée elle ne pouvait pas réfléchir posément.

Claire commence à intégrer ces nouvelles données. Elle éprouve de la sympathie pour ses compagnons, commence à les comprendre. La vision nouvelle qu’elle a de ces hommes, changera les relations de Claire avec le groupe, elles seront plus sereines, plus amicales, Claire sera plus abordable, plus disponible, commencera un respect mutuel et de nouvelle connivence. ‘’’ Et voilà l’effet miroir s’inverse,’’ ’il était temps,  une nouvelle étape est franchie le chemin parcouru a été long mais fructueux et indispensable.

Il faut remarquer que Claire a besoin de beaucoup de temps pour avancer pour accepter les changements dans toute circonstance. Après cette découverte, elle est prête à aller plus loin, elle commence à peine à lâcher prise, mais ce n'est que le commencement de sa longue transformation.

Et ce changement, on le perçoit au campement devant le feu aussi, cela se produit symboliquement par un tartan posé sur sa tête. Plus loin, elle entend des éclats de voix, ce sont Jamie et Dougal qui règle leur compte, sur la façon que Dougal se sert de Jamie, il s’agit une discussion sur l’obéissance, sur la désobéissance, de respect, de politique, de pouvoir, de guerre des chefs, de loyauté. Mettant les choses au point Jamie lui rétorque que sa tête et son dos, c’est lui que ça regarde. Jamie aura fait une mise au point ce soir-là importante, on verra plus tard,  Dougal ne se servira plus de ses cicatrices pour lever les fonds, il ne l’humiliera plus et le respectera. Mais ce soir, c’est le rapport de force qui est en jeu, se toisant du regard, se jaugeant et se jugeant, à qui baissera le regard. En fin de compte, Jamie obtiendra beaucoup et aussi le respect.

Mais à ce moment-là, Jamie est fou de rage, cogne un arbre de ses points, s’apercevant la présence de Claire s’arrête net. Et attend qu’elle prenne la parole. Préoccupé de voir Jamie dans cette rage contenue et cette position assez délicate, en jonglant avec les situations présentent, le dialogue qui s’en suit, est très significatif pour le futur

- lui demande s'il recommencera à se servir de vous.

-Oui, grâce à ça, il obtient ce qu’il veut.

-Vous le laissez faire.

-C’est mon oncle.

Dans ce dialogue, l’on perçoit sa résignation, par devoir, par respect, et par loyauté que Jamie subit tout cela. Mais Claire ressent surtout de la tristesse, son empathie, son affection, et même un peu plus envers Jamie,  de le savoir ainsi touché si profondément, en acceptant son sort par devoir du combat à mener. Cela l’émeut.

Mais lorsqu’il dit un homme choisis le combat qu’il veut mener, comme vous le savez. En s’adressant à Claire, qui commence à peine à comprendre la portée de son discours, ils ne cessent de se regarder intensément sans un mot. C’est un double langage, car à ce moment-là, il parle de lui, de son engagement, mais aussi de l’engagement qu’il a pris envers Claire, pour la protéger en espérant de toute son âme aller plus loin. Et comme à chaque fois qu’il se trouve en sa présence, il ne peut s’empêcher de vouloir cette connexion, ces moments où le temps est suspendu ou plus rien ne compte, claire dans ce moment-là est troublé, mais elle a encore du chemin à parcourir. Il suffirait d’un rien d’un simple signe pour que Jamie bascule pour aller vers elle. Mais il a une force de caractère inouïe, car il sait attendre et avoir cette patience pour la vouloir entière. C’est pour cela qui rompt le charme, lui disant, il est temps de se reposer tout en ne la quittant pas des yeux. Par affection, ’elle lui propose de laisser les arbres tranquilles et répondant sans se quitter des yeux ‘’n’ayez crainte, il ne risque rien SASSENACH’’ voilà le mot d’affection lâché.

 Le lendemain matin elle ne voit plus ces hommes comme des criminels, elle les regarde en rebelles et à ses yeux cela change tout. Sa façon de les voir, sa relation au groupe. Et aussi  sa relation avec Jamie, même si elle fait des pas de fourmis vers Jamie. Claire commence à intégrer cette nouvelle information, en ayant de la sympathie pour ses compagnons, les comprenant. La nouvelle vision qu’elle a de ces hommes, changera les relations de Claire avec le groupe, elles seront plus sereines et voilà que ’’ l’effet miroir s’inverse’’, le chemin parcouru a été long, fructueux mais indispensable.

Lorsqu’ils lèvent le camp pour parcourir le pays, tous s’affairent à remballer, comme à son habitude Jamie lance des regards furtifs vers Claire pour savoir comment elle réagit, toujours son regard protecteur. À partir de cet instant, elle cherche comment les avertir pour ne pas qu’ils se fassent tous tuer en 1746, cette affection nouvelle, l’oblige, à vouloir les protéger, de se sentir responsable de leur avenir, craignant pour leur vie, pour un combat perdu d’avance. Le respect qu’elle éprouve, change sa façon de les percevoir.

Lors du voyage, ils découvrent des corps attachés sur des croix, marquées par le T comme traite sur leur corps, l’on perçoit la tristesse de DOUGAL,  son humanité son affection envers se hommes crucifier en  découvrant  ses compagnons d’arme ainsi traités. Mais surtout l’on ressent, sa colère, sa rage intérieure et sa détermination à continuer la lutte. Sur sa demande, on les détache pour les enterrer dignement. Ned demande à ce que ces hommes doivent avoir une sépulture décente lors de l’enterrement, le discours est en gaëlique ce moment est d’une force incroyable. Pensant que leur lutte est légitime. On voit des visages touchés, des hommes blessés, des hommes mortifiés et offensés qu’on les traite de cette manière.

Après cette scène, ils sont confortés dans leur lutte contre les Anglais, cela leur donne une raison de plus pour que cette lutte soit légitime. Lors de l’enterrement, on aperçoit leurs vrais visages de combattant, mais plus les hommes vulgaires et rustres que Claire connaissait, elle ressent de la part de ces hommes, que leur lutte est honorable, qu’ils ont raison de se révolter et d’y croire. Claire comprend que ce sont les tuniques rouges, qui sont les seules responsables et commence à comprendre de quoi sont capables les Anglais.

Le soir à la taverne, par la scène du matin, cela décuple l’énergie de Dougal, sa conviction, sa détermination lui permet de transmettre son émotion, son hostilité et son aversion envers les Anglais. Que le combat à mener et la lutte sont légitime, et là il ne se servira plus des blessures de Jamie, il ne le mettra plus en scène, il en aura plus besoin, son geste est symbolique, il pose avec conviction une assiette sur la table et récolte d’avantage d’argent, car on le perçoit déterminé et sincère. Jamie est étonné et soulagé, de ne pas être mis en scène, mais Dougal a pris en compte aussi le discours et leur dispute de l’autre soir.

Claire est soulagée qu’il ne se serve plus de Jamie, comme bouc émissaire et en même temps surprise. Même si elle ne comprend pas la langue et le discours, la passion que Dougal a transmise était vraie et puissante, il a su transmettre sa foi en la lutte. Claire est admirative. Et respectueuse dans la manière dont c’est comporter Dougal tout le long de la soirée.

Claire dormant dans sa chambre est intriguée par les bruits venant de derrière la porte, croyant à un voleur elle s’empare d’un chandelier pour se défendre,  en ouvrant la porte elle se cogne à un corps. Étant furieuse, elle s’insurge, mais Jamie est dans le même cas, il est furieux qu'elle lui ait marché dessus.

Et ne comprend pas pourquoi il est chouché par terre à l’espionner, elle se fâche contre lui. Obligé de se justifier, lui expliquant qu’ il veut monter la garde toute la nuit, car dans la salle il y a un groupe de villageois éméché et certains d’entre eux pourrait ‘’’monter et s'offrit je crains que vous n’appréciez pas cette intervention’’’ c’est pour cela que Jamie est couché sur le pas de la porte, car il ne voudrait pas qu’il lui arrive quoi que ce soit , après tous ces évènements elle est sceptique qu’on puisse aimer une anglaise, et l’on voit Jamie penné qu’elle pense cela, il baisse les yeux l’air contrit.

S’excusant auprès de Jamie de lui avoir marché dessus, de nouveau leur complicité réapparaît comme toujours, elle le remercie pour sa gentillesse, lui jetant un regard explicite. Pour lui, ce n’est pas que de la gentillesse, c’est autre chose, mais ce n’ai pas encore d’actualité puisqu'elle n’est pas encore prête. Comme toujours prenant soin d’elle.

Ne voulant pas qu’il dorme devant sa porte elle lui propose de dormir dans sa chambre, il y a tout un panel d'expressions sur le visage de Jamie, Surpris, étonné, se posant mille questions, stupéfait et déconcerté, lorsqu’elle  lui propose de dormir dans sa chambre. Même s'il sur-joue un peu sa surprise, incontestablement, il est aux anges. Ne voulant en aucun cas ternir sa réputation, son siècle, sa culture et son éducation, transparaît dans ce refus, quoique. !! Mais il serait fou de joie d’être dans sa chambre. Ne comprenant pas sa réticence elle lui rétorque qu’elle a dormi à la belle étoile avec lui et ses compagnons, faisant le timide et gêné, il rétorque que ce n’est pas la même chose à ses yeux.

En lui proposant une couverture, Claire, sur un ton ironique, le questionne pour savoir si ce ne serait pas trop scandaleux à ses yeux, s’il accepte cette proposition. Faisant un signe de la tête pour lui signifier qu’il accepte sa couverture. Restant silencieux à cet instant, il est sous son charme, mais ses yeux parlent, mais ne dit mot, à chaque fois qu’il est sous son charme, il a toujours cette expression de baisser les yeux et sans la quitter du regard,  attendant qu’elle revienne pour lui donner la couverture il  l’épie. Lorsqu’elle la lui tend, leurs mains se touchent et l’on perçoit un désir réciproque un courant électrique passe entre eux, c’est l’espace-temps qui s’arrête un silence pesant s’installe, ils sont connecté et plus rien est important plus rien ne compte, on ressent Claire troublée, et surtout heureuse de ce moment d’intimité. Sans mot dire, elle prolonge cet instant.

Jamie, le premier, reprend ses esprits et lui promet qu’il ne bougera pas de là, Claire étant encore sous le charme se reprend aussitôt et lui souhaite bonne nuit. Jamie ne cesse de la regarder en baissant les yeux, la regarde à nouveau, en ayant retrouvé une posture détachée, en attente d’une réaction de Claire. Et ne la quitte pas des yeux en attendant qu’elle ferme la porte. Se reprenant, elle ferme la porte en lui souhaitant bonne nuit. Là, il s’est passé vraiment quelque chose, un instant magique où l'on perçoit une ouverture, claire est interpellé, mais n’arrive pas encore à saisir ce changement. Car beaucoup de problèmes, de questionnements à régler, elle est encore dans le stade du déni.

Il aurait fallu d’un rien qu’ils passent à l’étape suivante, mais Jamie refuse cette éventualité, car il la veut tout entière, libre dans son esprit, et libre de toute contrainte et de tout attachement au sujet de là d’où elle vient, il ne sait pas encore, mais il devine qu’elle a certaines attaches qui sera difficile à s'en débarrasser, il attendra qu’elle règle tous ses problèmes. Vu qu’elle progresse n'a pas de fourmis, mais la brèche est présente.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents